«La Maison Chanoine Frères vient de loin, voit loin et va loin»

  • Facebook
  • LinkedIn - Gris Cercle
  • Instagram

 

L'ABUS D'ALCCOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ. À CONSOMMER AVEC MODÉRATION

logo info-calorie.png

Made by Diptyque

Copyright © Champagne Chanoine Frères 2019

Tous droits réservés

  • Maison Chanoine Frères

Vins clairs 2019, premières dégustations

Mis à jour : févr 27

Reims, février 2020


En Champagne, la saison des dégustations des vins clairs se poursuit de décembre à avril, une étape essentielle dans l’élaboration d’un vin de champagne. Isabelle Tellier, Chef de cave de la Maison Chanoine Frères, évoque la dégustation des vins clairs, un exercice qu’elle pratique depuis près de trente ans avec l’obsession de la précision et de la qualité. Elle donne un premier avis sur la saison des vins clairs 2019.

Isabelle Tellier, Chef de cave de la Maison Chanoine Frères responsable des champagnes Chanoine et Tsarine

Les vins clairs ou le champagne avant les bulles


Les vins clairs sont issus de la dernière vendange juste après laquelle la première fermentation alcoolique a permis de transformer les moûts en vins. On les appelle aussi “vins tranquilles” parce qu’ils sont non effervescents, pas encore champagnisés. Les vins clairs de chardonnay sont de couleur jaune or, quelquefois avec des reflets verts ; les pinots noir et meunier ont une couleur plus ambrée, quelques uns sont rouges.


Dans la cuverie de la Maison Chanoine Frères, les vins clairs sont conservés dans une centaine de cuves inox thermorégulées, à une température comprise entre 14 et 15°. Ils sont gardés séparément, par cépage et par origine, en distinguant les premiers crus et les grands crus.


Isabelle Tellier précise : “Spécificité de la Maison Chanoine Frères, les pinot noirs des Riceys sont très présents, des pinots noirs de grande qualité qui jouent un rôle important dans l’assemblage de nos cuvées Chanoine et Tsarine”.


Un exercice de concentration et d’anticipation


“Nous goûtons les vins clairs cépage par cépage, en évaluant le visuel, le nez, la bouche, notés de 0 à 20 sur des fiches de dégustation. On goûte dans des verres Riedel de dégustation (on recrache et on se rince la bouche à l’eau claire, personnellement je ne mange pas de pain).


Une séance de dégustation demande une grande concentration. Nous dégustons une trentaine de vins en 1h30 ; c’est exigeant et il ne faut pas saturer.


Je goûte dans un certain ordre, d'abord les chardonnay, puis les pinot noir et meunier, avec ma propre échelle de critères. Le nez doit être exempt de défauts, on pourra y déceler des arômes primaires et secondaires plus ou moins intenses (des arômes fruités, floraux,végétaux, empyreumatiques, épicés, minéraux). La bouche pourra être qualifiée par les termes suivants : structurée, ample, riche, mince, ronde, vive, longue et fine.


Les dégustations de vins clairs déterminent l’assemblage


“Un vin clair est un vin non abouti, il faut anticiper ce qu’il va devenir. Il n'est pas “bon” mais il donne une idée de son potentiel. Je me concentre sur la perception des arômes au delà de l’acidité qui est assez marquée dans les vins clairs. Parvenir à anticiper est un savoir-faire qui se construit avec le temps, la pratique et l’expérience.


La première série de dégustations me donne un aperçu de l’ensemble des vins clairs de la cuverie, c’est une première sélection. À partir de ce moment là, j’ai en tête la centaine de vins clairs qui sont dans la cuverie de la maison. C’est ce qui va me permettre de concevoir les assemblages, avec un assemblage spécifique pour chaque cuvée de champagne.


L’élaboration de chaque cuvée nécessite au moins deux voire trois dégustations des vins qui entrent dans sa composition : plus on avance dans le temps, plus on affine la précision de l’assemblage.”

Vins clairs ou “tranquilles” parce que non effervescents, pas encore champagnisés

Vins clairs et millésime 2019, l’avis d’Isabelle Tellier


“Après une vendange prometteuse, 2019 sera une bonne année. La dégustation des chardonnay révèle une certaine hétérogénéité d’un cru à l’autre — la tension habituelle liée à ce cépage est parfois peu présente — mais aussi de très belles surprises avec des vins fins, des notes citronnées, d’une belle minéralité et d’une grande finesse.


Les pinots noirs et pinots meuniers sont à un haut niveau qualitatif : les pinots noirs sont puissants, aromatiques, avec une belle longueur en bouche ; les pinots meuniers sont fruités et d’une grande finesse.


2019, une année moindre en rendement mais la qualité est bien au rendez-vous : 2019 sera un beau millésime.”