Les grands flacons Tsarine : Magnum & Jéroboam


Reims, Février 2022


Les grands flacons, déjà à l’époque de Pierre Chanoine


Le champagne grand format est une vieille histoire puisque les grands flacons existent depuis le XVIIIème siècle.


Louis XV, à qui le champagne doit tant, a d’abord autorisé le transport du vin de Champagne en bouteilles en 1728. Puis en 1735, soit à peine 5 ans après que Pierre Chanoine ait fondé sa maison à Épernay, une nouvelle ordonnance royale définit précisément les contenants et le poids de la bouteille.


C’est la célèbre « Déclaration du Roi portant règlement pour la fabrication des Bouteilles et Caraffons de verre » qui sera enregistrée au Parlement et publiée le 8 mars de l’an de grâce 1735.


La bouteille de champagne est alors définie par la “pinte, mesure de Paris” (soit 0,952 litre d’aujourd’hui). La même ordonnance prévoit à partir de cette mesure, des demie et quart et des flacons de verre doubles et au-dessus.

"Le déjeuner d'huîtres" de Jean-François de Troy (détail) tableau commandé par Louis XV pour décorer ses petits appartements à Versailles, date de 1735, année de l'ordonnance royale qui définit pour la première fois la bouteille de champagne

L’Angleterre victorienne raffole des grands flacons


Dès la fin du XIXème, magnums et double magnums sont bien identifiés et ont des contenances très proches de celles d’aujourd’hui, respectivement 145 cl à 150 cl et 290 cl à 300 cl. Ce sont en fait des multiples de la bouteille de 75 cl dite “bordelaise” qui fait office de taille de référence depuis la réglementation de 1866 — la “champenoise” proprement dite étant, à l’époque, de 80 cl !


Dans cette ère de prospérité, magnums et double magnums sont à l’honneur, dans les “lunchs” et les “parties” lors des réceptions et banquets, notamment à l’occasion des courses hippiques comme le Derby d'Epsom ou Ascot.


Lunch au champagne au Derby d’Epsom à la Belle Epoque

Jéroboam, baptisé dans les années 1950


Ce n’est qu’après la seconde guerre mondiale que le double magnum de champagne se voit donner le nom de jéroboam. Sans doute par analogie avec l’usage bordelais. Ce nom était en effet déjà utilisé par les négociants à Bordeaux au XVIIIe siècle. En tout cas, l'inspiration est biblique : Jéroboam I étant le premier roi d'Israël qui aurait régné au début du premier millénaire av. J.-C.


Au même moment, dans les années 1950, les grands contenants sont déclinés, toujours dans le veine des noms bibliques, et le triple magnum ou rehoboam, le quadruple magnum ou mathusalem font leur apparition.


On verra même, parfois, des contenants encore plus imposants tels le salmanazar, le balthazar et le nabuchodonosor qui contiennent respectivement 6, 8 et 10 magnums soit 9, 12 et 15 litres de champagne !

les différents formats de bouteilles à champagne
de g. à d. nabuchodonosor, balthazar, salmanazar, mathusalem, rehoboam, jéroboam, magnum, flacon simple

Tsarine en magnum et jéroboam


Chez Chanoine Frères, l’élaboration des magnums est la même que celle des bouteilles classiques. La mise en bouteille se fait directement lors du tirage. Les magnums Tsarine vieillissent ensuite entre 24 et 36 mois dans les caves de la maison, 4 ans pour Tsarine by Adriana et jusqu’à 5 ans dans le cas du magnum Tzarina.


Quant aux jéroboams, ils sont également mis en bouteille au moment du tirage et, à compter de la date de tirage, vieillissent en cave pendant 3 à 4 ans.


Pour célébrer les moments d’exception — réceptions et fêtes, mariages et baptêmes, naissances et grands anniversaires — les flacons Tsarine en format Magnum (150 cl) et Jéroboam (300 cl) sont désormais disponibles sur la boutique en ligne de la maison :

Ainsi que, présentés dans une caisse en bois :

1 bouteille, 5 magnums et 2 jéroboams de champagne Tsarine
Une bouteille (75cl), 5 magnums et 2 jéroboams de plusieurs cuvées de champagne Tsarine