“Les champagnes d’Isabelle”, série vidéo


Reims, octobre 2021


À l’occasion des 20 ans de maison d’Isabelle Tellier en tant que Chef de cave, Chanoine Frères a souhaité lui rendre hommage et signe avec elle une série de vidéos intitulée “Les champagnes d’Isabelle”.


Une série de films pour célébrer ses 20 ans de Chef de cave


Dans ces films de format court, Isabelle Tellier parle de son métier, de sa façon d’élaborer le champagne et de plusieurs des cuvées emblématiques Tsarine et Chanoine Frères 1730 dont elle est la créatrice. Elle le fait à sa manière, simple et directe, toujours précise.


Ces films seront diffusés de fin octobre à début janvier sur le blog de la maison, sur LinkedIn, Facebook et aussi sur la chaîne YouTube de Chanoine Frères à laquelle on peut s’abonner pour ne rater aucun des épisodes — ainsi que sur les sites Chanoine Frères et Tsarine.


Un métier, une passion


Le premier film de la série Les champagnes d’Isabelle s’intitule “Chef de cave, un métier, une passion” (durée 1’28).


Mon métier de Chef de cave, je le vois comme un travail de création, comme créer un parfum qui se doit d’être unique. […]


Plus qu’un métier, c’est une passion. Qui me pousse à aller plus loin, à trouver de nouvelles inspirations, à chercher toujours mieux.


Une créatrice inspirée


Nommée Chef de Cave en 2001 chez Chanoine Frères, Isabelle est l’une des premières femmes à avoir occupé cette fonction dans une Maison de Champagne.


Isabelle Tellier, femme passionnée et authentique, est la créatrice notamment de Tsarine Rosé, Tzarina, de Chanoine Blanc de Blancs, des champagnes Chanoine Frères Réserve Privée, de la cuvée Orium de Tsarine et de la nouvelle cuvée Tsarine Blanc de Blancs.


Œnologue diplômée de l’université de Reims Champagne Ardenne, Isabelle est membre de l’Association Amicale des Chefs de Cave de Champagne (AACCC).


Créatrice inspirée, ses champagnes ont reçu plus de 160 distinctions en France et à l’international, autant de marques de reconnaissance du talent, de l’exigence et de l’audace d’Isabelle Tellier.